Tempête Aurore: des vents jusqu'à 175 km/h, de nombreux records battus

La 1ère tempête de l’automne aura surpris ! Les vents qui ont balayé toute la moitié nord en soirée et durant la nuit de mercredi à jeudi a soufflé bien plus fort que prévu avec des rafales dépassant souvent les 100 km/h, et faisant d’importants dégâts.

D’un simple coup de vent à une tempête notable… Alors que les prévisions faisaient état de rafales de vent de l’ordre de 100 km/h dans les terres et jusqu’à 130 km/h sur les côtes, Aurore a finalement soufflé plus violemment avec le seuil de tempête atteint dans quelque 43 départements de la moitié nord. C’est en Normandie que les rafales ont été les plus impressionnantes avec jusqu’à 175 km/h relevés en milieu de nuit à Fécamp ou encore 150 km/h au Havre, des valeurs jusque-là jamais atteintes par ces stations. Un peu plus tôt, les vents s’étaient déchaînés en Bretagne avec notamment une valeur de 119 km/h à Saint-Brieuc, du jamais vu depuis la célèbre tempête du 26 décembre 1999

En Île-de-France, c’est en milieu et fin de nuit que la tempête Aurore est passée avec son lot de violentes bourrasques, atteignant 153 km/h au sommet de la Tour Eiffel et 109 km/h dans les rues de la capitale. En dehors de Paris, les vents se sont avérés encore plus puissants, soufflant jusqu’à 120 km/h à Villacoublay (Yvelines) et 121 km/h à Nangis (Seine-et-Marne), constituant de nouveaux records dans ces villes franciliennes pour un mois d’octobre. En fin de nuit et début de matinée, les vents les plus forts ont balayé le quart nord-est, avec là-aussi de nouveaux records mensuels comme à Nancy avec 114 km/h ou au sommet du Markstein (1184 m), dans les Vosges avec une valeur remarquable de 171 km/h. 

Conséquence de ces vents violents à une période de l’année où les arbres ont encore beaucoup de feuilles, les chutes de branches ou d’arbres ont été nombreuses. La circulation des trains a ainsi été fortement perturbée voire temporairement arrêtée en Normandie, Île-de-France, Champagne-Ardenne et dans les Hauts-de-France. En début de matinée, quelque 250.000 foyers étaient par ailleurs privés d’électricité dans toute la moitié nord selon Enedis. Les pompiers sont également intervenus à de nombreuses reprises pour dégager les routes ou mettre en sécurité des toitures. 

Autre élément marquant de cet épisode d’intempéries, c’est ce cas de tornade qui a été relevé dans le sud du Finistère hier en fin d’après-midi. Après le passage de la perturbation pluvieuse, une forte instabilité s’est développée en Bretagne, provoquant la formation d’orages et de phénomènes tourbillonnaires. Une tornade a ainsi touché la commune de Plozévet, détruisant totalement une maison d’habitation, faisait également des dégâts sur plusieurs bâtiments dont la mairie et arrachant des dizaines d’arbres. Deux autres cas de phénomènes venteux très violents et localisés ont été recensés non loin de là, à Riec-sur-Bélon (Finistère) et à Kernascléden, dans le Morbihan. 

Avec l’éloignement de la dépression Aurore en direction de la mer du Nord, la situation s’est nettement calmée en début de matinée. Les derniers départements du nord-est en alerte ont été retirés de la vigilance orange à 9h.