La Chine lance un projet pour manipuler massivement le climat

La Chine déploie actuellement son plus grand projet d'ingénierie climatique pour essayer de manipuler le climat et met ses voisins mal à l'aise. Les explications sur les ambitions de la Chine !

Chine
La Chine essaie de faire avancer un plan pour manipuler le climat, mais son plus gros problème est son énorme taux de pollution.

La Chine se dirige vers le plus grand projet d'ingénierie climatique de l'histoire. Dans le passé, la Chine a déjà fait des expériences pour inhiber les pluies nuageuses stratiformes mais maintenant, l'intention de modifier le climat est massive. Selon La Vanguardia, l'objectif est d'essayer de manipuler les nuages, la pluie, générer de la neige ou altérer la grêle à grande échelle. Pour de nombreux spécialistes, il s'agit davantage d'une tentative de presse que d'une option réaliste au-delà des réalisations à petite échelle et des événements à faible consommation d'énergie.

Au-delà, l'objectif est d'appliquer le programme à une échelle qui dépasse la moitié de la superficie du pays, soit environ 5 millions de kilomètres carrés, soit plus du double de la superficie de l'Argentine continentale. L'annonce officielle a été faite en décembre 2020, mettant fin à une année au cours de laquelle la Chine était au centre de l'attention mondiale, et à propos de laquelle elle doit encore de nombreuses explications au reste des pays pour la gestion au début de la pandémie de COVID-19 qui a modifié la vie de milliards d'habitants, plus ceux qui sont morts.

Ce qui est inquiétant, c'est que dans l'annonce du Conseil d'État de décembre, l'intention ultime est d'appliquer ce programme à l'échelle mondiale, ce que personne dans le monde scientifique ne croit aujourd'hui possible. Au-delà des techniques d'ensemencement de nuages déjà connues, la Chine n'a pas fourni d'autres détails innovants sur la question et déclare que le succès sera donné par l'ampleur du développement.

Une technique connue

De nombreuses utilisations de iodure d'argent ont été essayées par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam, puis la Chine a essayé de l'expérimenter également. La vérité est que son utilisation est actuellement limitée à une petite échelle et les résultats sont très controversés. Selon la BBC, Pékin est l'une des villes les plus polluées du monde. Dans le passé, lors d'une réunion politique importante, la Chine est déjà parvenue à disperser les nuages pour faire revenir un soleil radieux. La Chine doit toutefois faire face à un taux de pollution très élevé qui peut venir altérer les résultats de ses expériences.

modification climat
La Chine a déjà apporté de petits changements au climat, mais généralement les jours où elle paralyse ses usines pour réduire la pollution.

L'initiative de la Chine a déjà suscité des inquiétudes dans les pays voisins tels que l'Inde, au milieu de l'incertitude quant à l'impact de cette technologie et des tensions régionales. Selon le gouvernement, le plan comprend trois étapes. Le premier est que, d'ici 2025, la zone touchée par les opérations d'augmentation des pluies artificielles (ou de la neige) atteindra plus de 5,5 millions de kilomètres carrés dans le pays.

Dans un second temps et à la même horizon temporelle, il est prévu de porter la zone protégée par les opérations de prévention contre la grêle à plus de 580 000 km². Enfin, d'ici 2035, l'enjeu est de pouvoir contrôler le climat à grande échelle afin d'obtenir une meilleure prévention globale des risques liés aux catastrophes climatiques. Le programme contribuera aux secours en cas de catastrophe, à la production agricole, à la réponse aux incendies de forêt et de prairie, ainsi qu'à la gestion des températures inhabituelles ou des sécheresses, bien que peu de détails aient été fournis.

Peu de détails sur le projet

La méthode consiste à pulvériser des substances telles que l'iodure d'argent dans les nuages, pour essayer de leur faire produire des précipitations en agissant comme des noyaux de condensation supplémentaires. Cette technique est déjà appliquée dans diverses parties du monde mais avec des résultats très discutables à petite échelle. Dans un dialogue avec BBC Mundo, John C. Moore, scientifique en chef de la Faculté des sciences du système terrestre et du changement global à l'Université normale de Pékin, a indiqué qu' "il y a très peu d'articles scientifiques écrits sur son efficacité".

La vérité est que la Chine a déjà réussi dans le passé à améliorer les conditions météorologiques lors de rassemblements politiques non seulement grâce à un processus d'ensemencement des nuages, mais ces jours-là, les usines étaient fermées pour réduire la pollution.

Quoi qu'il en soit, pour le moment, le plan de la Chine met beaucoup de gens mal à l'aise, car certains pensent que la Chine ouvre un combat sur l'eau. Mais les météorologues affirment que la quantité d'énergie impliquée est trop importante pour une modification durable à grand volume. Un article récent dans le magazine spécialisé New Scientist a indiqué qu'une enquête récente a révélé que l'ensemencement de nuages orographiques peut augmenter les précipitations, mais a indiqué que l'augmentation est inférieure à 10 pour cent.