La Californie brûle

Depuis jeudi dernier, des incendies destructeurs ravagent le nord de la Californie et la région de Los Angeles. Selon un dernier bilan provisoire, ces incendies ont fait plus de 40 morts. Il s'agit des incendies les plus meurtriers depuis 1933 !

Marc Hay Marc Hay 12 Nov 2018 - 23:30 UTC
Californie
Plus de 30 morts dans les terribles incendies qui ravagent la Californie.

Depuis 5 jours, l'État de la Californie est en proie à de terribles incendies. Deux zones sont principalement touchées : le nord de l'État et la région de Los Angeles. En l'espace de quelques jours seulement, des dizaines de milliers d'hectares sont partis en fumée. À cette heure, les deux feux ne sont toujours pas maîtrisés et restent attisés par des vents violents. Plus de 8 000 pompiers sont mobilisés et des moyens aériens considérables ont été déployés afin de lutter contre les flammes.

Le bilan humain est terrible et très lourd. Selon un dernier bilan encore très provisoire, ces feux ont fait plus de 40 morts. Le "Camp Fire" - feu gigantesque situé au nord de l'état, au pied des montagnes de la Sierra Nevada - est même devenu l'un des plus meurtriers depuis les années 1930. En 1933, 29 personnes avaient trouvé la mort dans le "Griffith Park Fire.

Des milliers d'hectares ravagés

Selon Cal Fire, l'agence des pompiers californienne, plus de 40 000 hectares sont déjà partis en fumée. Les flammes continuent de se propager en raison des vents violents qui attisent les flammes. Si "Camp Fire" est le feu le plus destructeur jamais observé dans cet État, le "Woolsey Fire" (à 600 kilomètres plus au sud) fait lui aussi de gros dégâts et ravage les environs de Malibu, près de Los Angeles.

En raison de la propagation constante des flammes, des milliers de personnes ont été évacuées. Ce sont en tout plus de 250 000 personnes qui ont reçu l'ordre d'évacuer leurs domiciles dans les alentours de Sacramento, capitale de cet État de l'ouest des États-Unis, et dans la très chic station balnéaire de Malibu. Tous les habitants de Malibu ont reçu l'ordre d'évacuer. Le feu dans cette partie de l'État a également détruit des lieux de tournage utilisés pour des centaines de productions.

Pas d'amélioration en vue

Malheureusement, les conditions météorologiques s'annoncent encore délicates et défavorables ces prochains jours dans cette partie des États-Unis. Les pompiers craignent les vents de Santa Ana - vents très chauds et secs qui viennent de l'intérieur des terres - et qui vont continuer à alimenter le brasier. Si des dizaines de milliers d'hectares sont partis en fumée, plus de 6 700 bâtiments (dont des maison et un hôpital) ont été détruits par les flammes à Paradise, ville de 27 000 habitants au nord de Sacramento. Selon les pompiers, le feu dans cette région n'est maîtrisé qu'à hauteur de 25%.

De son côté, le président Donald Trump, en visite en France en marge des cérémonies du centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale, s'est exprimé sur Twitter : il a menacé de couper les subventions fédérales si les forêts n'étaient pas mieux entretenues - remettant en cause les effets du réchauffement climatique. Il a par la suite fait preuve de davantage de compassion en tweetant : "Nos cœurs sont avec ceux qui combattent les feux ainsi qu'avec les évacués et les familles des victimes".

Publicité