Bretagne : tempête estivale record, des vents jusqu’à 150 km/h relevés

Une dépression qui a circulé en Manche dans la nuit de lundi à mardi a généré un violent coup de tabac entre la Bretagne et le Cotentin avec des rafales proches de 150 km/h sur les côtes et dépassant les 100 km/h dans l’intérieur des terres.

Chutes d'arbres et de fils électriques ont été nombreuses au passage des vents tempétueux sur l'ouest-Bretagne.
Chutes d'arbres et de fils électriques ont été nombreuses au passage des vents tempétueux sur l'ouest-Bretagne.

Baptisée Zyprian par l’Université de Berlin, une dépression s’est creusée en soirée de lundi au large de la Bretagne avant de circuler sur les Cornouailles. À son passage, elle a généré un sérieux coup de vent, plus violent que prévu et tout à fait inhabituel à cette période de l’année, avec des rafales dépassant souvent les 100 km/h dans la nuit de lundi à mardi, entre le Finistère et le Cotentin. Seule une vigilance jaune avait été lancée par les services météo.

C’est sur les caps exposés du Finistère où les rafales les plus puissantes ont été enregistrées avec jusqu’à 146 km/h à Plougonvelin, 143 km/h à Ouessant ou encore 139 km/h à la Pointe du Raz. Ces trois valeurs constituent de nouveaux records pour un mois de juillet, battant respectivement ceux établis le 29 juillet 2019, le 7 juillet 2004 et le 2 juillet 2006. Il s’agit même de records pour toute la saison estivale (juin-juillet-août) et de la tempête estivale la plus forte depuis celle des 6 et 7 juillet 1969. Une dépression au creusement très rapide avait alors provoqué des rafales à plus de 160 km/h, faisant plusieurs dizaines de blessés et causant la mort de 30 personnes, la plupart étant des plaisanciers et des pêcheurs surpris en pleine mer.

Dans l’intérieur des terres également, les bourrasques ont été particulièrement violentes et en particulier dans le Finistère avec jusqu’à 113 km/h relevés à Brest, battant les 99 km/h du 29 juillet 2019. Il s’agit même de la plus forte rafale enregistrée sur cette station de toute la saison estivale, devant les 102 km/h du 9 août 2019. Des records ont été également battus à Landivisiau avec une rafale à 108 km/h mais aussi à Sibiril et Saint-Goazec (99 km/h) ainsi qu’à Morlaix (97 km/h). En fin de nuit, les vents violents poursuivaient leur progression en Manche, avec des pointes à 122 km/h à Barneville-Carteret (Manche).

Si aucun blessé n’est recensé, de nombreux dégâts sont à signaler avec des chutes d’arbres ou de branches et des fils électriques à terre. Au total, les sapeurs-pompiers du Finistère ont effectué plus d’une centaine d’interventions au cours de la nuit. Plusieurs routes dans le nord du département ainsi que dans les Côtes-d’Armor ont été également fermées à la circulation quelques heures, le temps de dégager les arbres tombés sur la chaussée. La circulation des trains a aussi été perturbée en début de journée tandis que 4.000 foyers étaient privés d'électricité. En mer, les conditions ont été également très dégradées avec des vagues de l’ordre de 6 à 8 m au large pour une hauteur maximale atteignant 13 m à la bouée des Pierres Noires.

En cours de journée, les plus fortes rafales touchaient la Côte d’Opale avec des pointes à plus de 100 km/h tandis qu’un ciel de traîne apportait encore beaucoup d’instabilité sous forme d’averses à caractère orageux.