Brésil, Buriticupu : la ville du Maranhão est en train d'être engloutie par la terre. Va-t-elle réellement disparaître ?

La combinaison de plusieurs facteurs a menacé cette localité avec le rare phénomène géologique des voçorocas. Si les mesures nécessaires ne sont pas prises pour l'éviter, la ville disparaîtra de la planète en quelques décennies.

Le déboisement agressif est l'une des principales causes de l'érosion du sol.
Le déboisement agressif est l'une des principales causes de l'érosion du sol.

Buriticupu, une ville de 73 000 habitants située dans l'État du Maranhão, risque de s'effondrer dans 30 ou 40 ans si les causes de l'érosion du sol ne sont pas arrêtées.

Les taux élevés de déforestation qui affectent cette ville en raison de l'exploitation forestière intense des dernières décennies ont limité la capacité du sol à absorber l'humidité, aggravant un processus érosif qui a déjà fait disparaître des maisons et des routes en raison de la croissance des voçorocas.

youtube video id=H3qQmPq6PYY

Qu'est-ce que les voçorocas ?

Les voçorocas (« terre déchirée » dans la langue indigène tupi-guarani) sont un phénomène géologique lié à une mauvaise planification urbaine et à un déboisement agressif. Elles sont causées par les pluies et les intempéries dans les sols dénudés par la végétation clairsemée, qui sont emportés par les inondations, créant des sillons et, dans les cas les plus extrêmes, des ravins.

La formation de ces ravins peut être évitée en plantant des arbres pour empêcher que le flux d'eau n'emporte la terre et les sédiments, qui sont retenus par les racines. Également par le creusement de bassins de rétention ou de drainage pour interrompre le flux d'eau.

La main de l'homme derrière cette menace

Buriticupu a commencé son expansion dans les années 1970 pour faciliter l'installation de travailleurs ruraux. C'est une commune pauvre où les rues se sont transformées en canaux par lesquels s'écoule l'eau de pluie, ouvrant et agrandissant d'énormes trous qui engloutissent peu à peu la ville.

Comme dans d'autres régions du Brésil, le déboisement a contribué à des problèmes significatifs d'érosion. Dans le cas de Buriticupu, une série de circonstances se conjuguent comme une bombe à retardement : une géologie fragile caractérisée par des sols pauvres en nutriments, formés sur des roches sédimentaires moins résistantes et sujettes à l'érosion ; un volume de précipitations supérieur à 2 000 litres par mètre carré chaque année ; et une mauvaise planification urbaine, avec des constructions de mauvaise qualité et sans canaux adéquats pour les eaux pluviales.

Les pluies torrentielles survenues en mars de cette année ont fait en sorte que 23 ravins, de jusqu'à 70 mètres de profondeur et 600 mètres de diamètre, menacent d'engloutir 220 maisons, laissant 880 résidents locaux sans abri.

En raison de ces événements, le Ministère Public de l'État du Maranhão a actionné la mairie de la municipalité. La raison en est le non-respect d'un accord judiciaire signé en avril 2022, qui exigeait l'adoption d'une série de mesures pour empêcher la progression des voçorocas et garantir la sécurité des résidents des zones les plus à risque.

L'état de catastrophe publique a été déclaré dans la zone par le Ministère de l'Intégration et du Développement Régional du Brésil.

Région Amazonienne sous le risque d'érosions

La forêt amazonienne est une région vitale pour l'équilibre environnemental mondial et la régulation du climat, mais l'expansion de l'agriculture, de l'exploitation forestière et d'autres activités humaines a entraîné la perte de la couverture forestière.

La couverture forestière en Amazonie joue un rôle crucial dans la prévention de l'érosion du sol. Les arbres et les plantes agissent comme des ancres pour le sol, absorbant l'eau et empêchant qu'elle emporte la couche supérieure du sol lors de fortes pluies. Lorsque les arbres sont abattus ou la végétation brûlée, cette protection naturelle est retirée, augmentant ainsi le risque d'érosion.

De plus, la perte de couverture forestière affecte négativement le cycle de l'eau dans la région. Les arbres en Amazonie jouent un rôle important dans la transpiration, c'est-à-dire la libération de vapeur d'eau dans l'atmosphère. Ce processus contribue à la formation de nuages et de pluie. La perte d'arbres peut perturber ce cycle, affectant les modèles de précipitations et aggravant l'érosion.

L'érosion du sol en Amazonie peut également conduire à la sédimentation des rivières, affectant la qualité de l'eau et la vie aquatique. De plus, la dégradation du sol peut rendre la terre moins productive pour l'agriculture à long terme.

Les efforts de conservation et de gestion durable sont essentiels pour résoudre ces problèmes et préserver la santé environnementale de l'Amazonie. La mise en œuvre de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement, la protection des zones forestières et le développement d'un urbanisme responsable sont des mesures fondamentales pour atténuer l'érosion et promouvoir la durabilité dans la région.

Vidéos marquantes